BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Les chanteuses blondes ont (toujours) la cote (à Osheaga)

Julie Ledoux
2 août 2009

phpThumb_generated_thumbnailjpg

1er août 2009. Festival Osheaga. Parc Jean Drapeau. Il fait beau. (2 morceaux de robot)

J’entends Parlovr de la piscine du Parc JD (Il fait chaud. Je nage, bon.). Ça sonne bien, même à quelques centaines de mètres. Ça augure bien.

J’arrive juste à temps pour Eagles of Death Metal... Du fait et du refait. Mais, vraisemblablement, il y a un public pour ça. Peut-être que ce sont les mêmes qui iront voir Coldplay plus tard sur la même scène. À voir.

Selon Mlle Sophya, qui a fini par me trouver sous l’arbre à gauche, côté jardin, La Roux, plus tôt a performé à la hauteur des attentes. Bémol sur l’habillement, par contre, toujours selon Mlle Sophya.

J’ai raté K’Naan. Ça va mal. Mal organisée, la Ledoux. Mais, il semble que ce fût un franc succès selon The Stills qui se sont produits tout juste après sur la même scène MEG. Sympathiques, The Stills. Beaux costumes de scène, les gars. Sérieux. Chacun en couleur monochrome de son choix. Si je devais faire pareil, j’opterais pour le fuschia. Mais, tout de même, une performance en dents de scie. Meilleur moment du show: «Snakecharming the masses» avec le batteur invité dont le nom m’échappe (si on peut me trouver le nom du gars, je vous donne 2 morceaux de robot à vous aussi). L’une des pièces les plus rythmées de l’album et l’une des meilleures rendues sur scène. Bien dommage que ce fût la dernière, ça commençait à me plaire. «Logic will break your heart», n’est-ce pas?

Belle découverte que fût The Rural Alberta Advantage. Ils viennent de Toronto et parlent de l’Alberta. Déjà, en partant, c’est gagnant. Belles mélodies, un peu à la Elliott Brood (mais pas tant). Bon, Amy Cole, la fille de service (prouvez-moi le contraire) a failli perdre son piano dans la foule, passait son temps à attendre les «cues» de Nils Edenloff (piano, voix, guitare, chef de la bande) et ça devenait gênant. Mais, que voulez-vous, elle n’est pas blonde et donc, n’a pas la cote. Ça viendra.

Lykke Li s’est fait attendre. Une demi-heure de problèmes de son. Pas facile. On regarde le dude du son (scène) qui cherche à parler à quelqu’un du son (public). On est dans un suspense avec Bruce Willis, faut croire. LE GARS LUI RESSEMBLAIT VRAIMENT. Sauf que Bruce Willis aurait tout cassé tout juste après avoir chuchoté «Yippie kai yay motherfucker». Mais je m’égare. Le son revenu, les musiciens sont presque heureux (faut pas exagérer, ils sont suédois, après tout), Lykke Li entre en scène et c’est parti. Jamais vue en spectacle la belle blonde suédoise. Une AUTRE blonde. Je le savais. Elle se déchaîne, elle nous donne tout ce qu’elle a puisqu’il ne reste que la moitié du temps prévu. Elle l’aura dépassé de presque 15 minutes pour satisfaire son public (ou son égo, qui sait). Vraiment, elle m’impressionne. Elle bûche sur son drum, elle chante à s’en défoncer la glotte, elle échappe son micro et elle agite ses grandes manches de matante tout en restant émouvante. J’A-DO-RE. Elle m’a convaincue.

On rate volontairement (et malheureusement) les Winter Gloves pour aller s’acheter des hotdogs. J’AI FAIM. Par contre, comme la scène des arbres (…) et la scène MEG se donnent la main, on les entend très bien et il faut croire qu’ils sont en feu parce que ça sonne bien, très bien même.

On fait toujours la file devant le stand à hotdogs lorsque Girl Talk s’amène sur la scène MEG. Oui, j’ai raté Coldplay. Pas parce que je déteste, je vous le jure. Mais Girl Talk, c’était un événement à ne pas manquer.

Vraiment?

Finalement, après les gros ballons, les dessins au rouge à lèvre sur écran géant, les lancers de papier de toilette (Ben voyons! «J’espère qu’ils utilisent du Cascade, au moins!» S.L. ou M.), etc., on a fait le tour. La musique est bonne, l’échantillonnage tout aussi réussi qu’à l’habitude mais…  à voir danser une foule sur scène pendant une heure, une fille s’écoeure. J’espère que la fille en bikini rose en latex a fini par perdre son top.

En partant, on a tout de même scèné du côté de Coldplay. Histoire de ne pas voir la scène. Mais, on a tout de même entendu une jolie version de «Green Eyes» sur fond de feux d’artifices. Flashback de Thom Yorke (Radiohead, oui oui) qui tente de chanter «Faust Arp», l’année dernière, avec des feux d’artifices incessants. Chris Martin a réussi à rester plus concentré que Thom. Les comparaisons ne finiront jamais.

Pas eu la force de rester jusqu’à la fin. Surtout pas eu le goût d’attendre un métro dans la foule. Matante que je suis.

The Stills: http://www.arts-crafts.ca/thestills/

The Rural Alberta Advantage (pas tellement glorieux le MySpace): http://www.myspace.com/theraa

Lykke Li: http://www.myspace.com/lykkeli

Girl Talk: http://www.myspace.com/girltalk

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux