BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Une fois, c’t'une pochette : l’introduction

Julie Ledoux
28 novembre 2009

L’industrie du disque se meurt? Ben voyons! Je vais vous repartir ça, moi, critiques de pochettes à l’appui!

Une fois par mois (ça, c’est l’objectif), je tenterai désormais de faire des critiques de pochettes de disques d’artistes de la scène locale (ou autres scènes parce qu’unmendné, tsé…). Mais plutôt que d’en faire le lieu de commentaires acerbes et de polémiques (On se rappelle la critique d’Éléphantine), ce sera plutôt l’occasion de se raconter les pochettes et livrets, histoire de reconnaître le travail des artistes visuels. Voir ici, ici, , , pis , (il en manque, je sais…) mais pas , si vous voulez lire de vraies critiques musicales. Moi, je fais dans les arts visuels (mouais…).

LAAP

Les Amis au Pakistan - Cosmetic Cosmic

C’est l’histoire de quatre femmes animées d’un désir de découvrir la vie et ses atours. Elles se promènent dans l’espace à la recherche de l’homme-chat, du rouge à lèvres rouge, ou de la peanut intersidérale. Au fil de leur quête, elles quitteront la Terre sur ladite peanut, auront des étoiles dans les yeux et des tournesols sur les seins et le Mont de Vénus.  Ce cache-sexe improvisé saura plaire à la gent extraterrestre et permettra de tisser des liens inter-galactiques. Elles s’entretiendront des choses de la vie avec des fleurs géantes et joueront de la cuillère sur la Lune. S’endormir auprès d’une vache et d’une botte de foin ne saura qu’éveiller les esprits aux arts du cirque et au livre de la jungle. Si les monstres rencontrent les chats, c’est au clair de lune, dans le centre-ville, sur le toit du plus haut gratte-ciel. Enfin, après une incartade auprès d’une robe en papier-cul et d’une ligne érotique de motel, elles rejoindront un état mormon et reviendront à leurs amours florales: «Toute vie remise en question / Amour pour moi c’est pas très bon / Je ai d’l'air souvent colon, colon»

Le remerciement: «Délectez-vous en gardant une foi en quelque chose. Espérant que vous y trouverez les 4 groupes alimentaires ou en inventer un 5ème.»

Pas de crédit de pochette et c’est peut-être une bonne chose.

En plastique.

Dramatik

Dramat!k (avec un cas)La Boîte Noire

Une fois c’t'un gars qui traînait dans un entrepôt désaffecté avec un ampli neu’. Il faisait chaud et il portait une camisole blanche, mais c’était déjà trop pour lui. La tension était palpable, du style à se pogner la tête à deux mains et se dire «WHY? GOD, WHY?», avec un accent dramatique. Mais en silence, car les grands esprits se questionnent à voix basse. En y regardant de plus près, ce n’était pas un ampli qui l’accompagnait, mais bien… une valise? Ou juste un cube version longue. Toujours est-il que cet homme réfléchissait dans un entrepôt désaffecté, pensait à la vie, à ses enfants, ses amis disparus et se disait qu’il fût un temps où tout était plus simple. Probablement le temps où on utilisait encore des machines à écrire, d’où la typo utilisée pour résumer ses pensées. Mais un temps plus simple ne signifie pas un temps plus joyeux: «Dans la classe, j’étais au fond comme un quarter back / Pas de Prisma Color juste un crayon à mine de couleur Black» (40 Barz).

Le remerciement: «Dramatik, merci d’avoir protégé petit Bruno, qui lui, à son tour remercie les créateurs de Goldorak. Un enfant sans modèle, c’est un tournesol sans soleil.»

Photos, conception, illustrations, logo et graphisme: Éric Desabrais, Steve Jolin, Dramatik, Geneviève Paradis Lord et Graf XXL.

En cartron.

ElephantineCD

ÉléphantineLe Bonheur en 3D

C’est l’histoire d’un monde numérisé, envahissant la vie des Hommes et de la nature. Toutefois, ce monde où des maisons identiques s’alignent l’une après l’autre, où les gens vont travailler à la file indienne, où les wagons de métro sont une ligne de montage, où les enfants sont plogués devant la télévision, ce monde donc, est tout de même un paradis de la couleur. Contrairement au style 1984 ou Le Meilleur des Mondes, les couleurs vives priment et nous laissent croire que les gens sont heureux de leur condition, qu’ils se conviennent, qu’ils respirent le bonheur. Enfin, n’oublions pas que chaque chanson est un code barre, prêt à être scanné au IGA: «Ctrl-Alt-Delete ton confort / Mets le pied dehors».

Le remerciement: «Merci tout spécial à [...], Luc, le fleuve St-Laurent, God et Do.»

Photographie, design graphique et artiste 3D: Alexandra Boucher, Mykaël Nelson (Sphere Musique), Simon Goulet.

En cartron.

Fred fortin Plastrer

Fred FortinPlastrer la Lune

Une fois c’t'un paysage, des avions, de la neige, de l’eau, un bateau qui coule dans les mers glacées, et que des éléments de la nature, torturés par les conceptions de l’évolution technologique. Tout cela, en quelques pages, et un front et un back de pochette. Une fois c’est la nature qui prend les jambes à son cou: «À l’abri des chiens, des loups, / des millions de primates complet-cravate / Et pour enfin être libre.»

Le remerciement: «Enregistré au bon vieux chalet du bonhomme à la rivière à l’ours à St-Félicien et aussi à mon beau local dans le village à Montréal. (Attention: les ours y sont bien différents… les truites aussi. Par tranches de vie, entre juillet 2008 et août 2009.)»

Pochette et infographie: Martin Bureau et François de Lafontaine.

En cartron.

LesTroisAccords-pochette

Les Trois AccordsDans mon corps

C’est l’histoire d’un gars qui chante les chansons des Trois Accords dans leurs vidéoclips et qui pose à leur place dans le livret de leur disque. C’est aussi l’histoire des (maintenant) quatre gars du groupe qui ont des moustaches et qui en sont fiers. Bienheureux celui qui a une fausse moustache et un manteau de pouèle: «Les gens te jugent en te voyant dans le frigo…»

Le remerciement (et la chanson): «Merci au Club Optimiste…»

Design graphique et photo: Isabelle Ducharme et Tshi.

En plastique.

Voilà pour ce mois-ci. On commence tranquillement, mais sûrement. Le mois prochain, découvrez le Spécial «Ça, c’est d’la pochette!» du mois. Ça promet.

3 commentaires
  • André Péloquin
    1 décembre 2009

    J’ai hâte! C’est qui les prochains bands à y passer?

  • Mélanie Jannard
    1 décembre 2009

    Je sais pas si c’est que je suis trop trendy, mais je trouve les pochettes en cartron nettement plus jolies. En plus, ça sent bon.

  • Julie Ledoux
    1 décembre 2009

    Je dois être aussi trendy alors, parce que les pochettes, c’est plus agréable en cartron point. Je crois que les plus plates sont en plastique, maintenant! Comme celles en carton se déplient (sans fin, même, parfois), je crois que ça laisse place à l’imagination sans bornes (!) des graphistes et cela donne souvent de meilleurs résultats…

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux