BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Ma première fois…

Julie Ledoux
18 février 2010

… aux Francouvertes. Oh quel subtil suspense!

Ayant raté la montée à bord du navire lors du premier soir du concours, Bang Bang imposait sa présence fière, lundi dernier. J’exagère mais à peine.

Dirigée par mon aimable collègue adepte de Random Recipe, j’ai rapidement saisi le but des Francouvertes. J’en ai conclu que t’écoutes (parce que, des fois, quand t’es une petite comme moi, tu ne vois pas), t’apprécies (ou pas), pis tu juges en cr… Facile? Pas tant.

Tire le Coyote

Si la première pièce («La nuit est belle») ne m’a pas convaincue (textes et rimes faciles, partition peu convaincante), j’ai été séduite dès la seconde chanson, «Odélie (La complainte du cowboy)» : un petit air de Fred Fortin bien plaisant, moins l’accent, plus une voix nasillarde. Si les textes de TLC peuvent parfois être simples, la portée musicale apporte la puissance. Les cinq musiciens (dont Shampouing) semblent avoir beaucoup de plaisir et ont bien réussi à nous mettre tous d’accord chez Bang Bang (voir K. Laforest, Campbell et Thérien) : Tire le Coyote ne mérite pas sa 5e position actuelle. Bien hâte d’entendre ce que Shampouing nous offrira la semaine prochaine. Je m’attends à ce que Benoît Pinette, alias TLC, nous promet: «Shampouing, il fait… ben… il fait du rock… du rock de matante, oui.» Et le principal concerné d’approuver. Un gros pouce en l’air à la pièce «Soir de Blues» qui m’a réellement fait vibrer.

L’Ours

Depuis quand c’est cool de chanter à côté du micro? Je vous le demande sincèrement. Les envolées lyriques aux paroles incompréhensibles m’ont laissée de glace. J’aime le style fanfare-piano-je m’envole dans le ciel illuminé, mais la grosse caisse me dérangeait beaucoup tout comme le style un peu brouillon de l’Ours chanteur. Quelques pièces à travailler, mais une très réussie, cynique et tristounette «Chanson d’amour» qui rappelait les compositions d’un certain Mano Solo. Cependant, les envolées à la Beirut n’arrivent pas encore à la cheville de ce dernier et les paroles incompréhensibles se perdent dans les battements de la grosse caisse.

Monogrenade

Radiohead mal géré. Pas sûr que le bidouillage soit à point. Mais bon, les gars (et la fille!) ont envahi la scène devant leurs fans conquis d’avance. Ils se donnent sur scène et il faut bien rendre à César ce qui lui appartient. Ce fût une très bonne idée d’ajouter une violoncelliste au quatuor. La distorsion n’est pas encore à point et irrite un peu, même. Mais, il y avait des fans, c’est clair. Au cours de la seconde pièce, l’apport du piano m’a frappée : «Quoi? C’est Patrick Watson?» Meuh non, c’est juste un gars qui lui ressemble beaucoup trop et qui s’en inspire de façon flagrante.

En somme, les Francouvertes, ça vaut la peine. Surtout quand tu sais que le prix d’entrée pour un bon show des Francouvertes te revient à moins cher qu’une pinte au Lion d’or. J’dis ça d’même.

À suivre, dès lundi prochain 22 février, avec Karma Atchykah et The Consequences, Mono/Stereo et Shampouing, le rocker pour les matantes.

Au Lion d’Or.

3 commentaires
  • Anne
    19 février 2010

    Wow Julie! Quelle critique tu fais! Je peux mettre tes articles sur mon blogue? :)

  • Julie Ledoux
    21 février 2010

    Hahaha! Merci Anne ;) Mais tu n’as pas besoin de mes articles, t’es déjà une sacrée critique!

  • [...] de Bang Bang déléguée aux quatorzièmes Francouvertes avait été charmée quatre fois plutôt qu’une par les pièces blues/folk/mélancoliques de Benoît Pinette. On attendait tous avec impatience le [...]

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux