BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Valérie Jodoin-Keaton est Backstage @ Galerie Pangée

Julie Ledoux
26 février 2010

VJK_Rufus

Jusqu’au 28 février 2010, Valérie Jodoin-Keaton, photographe et musicienne (ex-Dears, For Those About To Love), expose à la Galerie Pangée. Son travail photographique consigné dans le livre Backstage, publié fin 2009, se retrouve sur les murs de la galerie de la rue Saint-Paul. En prévision de votre éventuelle visite dans ce lieu d’art contemporain, voici mon humble critique du recueil de photographies de Jodoin-Keaton, Backstage.

L’intro de Daniel Bélanger laissait présager le meilleur. Un poème intitulé, bien sûr, «Backstage». Tout en finesse, exprimant l’émotion présente dans cette fameuse arrière-scène…

Nous apprenons ensuite que Jodoin-Keaton était photographe bien avant d’être musicienne. Forte d’études photographiques à l’Université de Concordia, entrer dans l’intimité des gens n’avait plus de secret pour celle qui a passé quelques temps à photographier l’univers des Soeurs Grises de Montréal. Les photos de Jodoin-Keaton sont déjà bien connues du public, elle qui a créé pour nombre d’artistes d’ici, une flopée de clichés bien travaillés et forts bien montés (composition, pose, développement, etc.).

Bien entendu, les sujets de Backstage sont très intéressants. Qui ne veut pas entrer dans l’intimité d’un Yann Perreau ou d’une M.I.A.? Mais ces photographies auraient-elles un réel intérêt si elles présentaient des gens ordinaires, plutôt que des stars de la musique alternative? Capter la solitude des musiciens et chanteurs demeure le meilleur angle exploité par VJK. Cependant, les photographies elles-mêmes restent relativement simples dans leur composition, leur présentation, leur montage, etc. Les sujets créent l’émotion, plus que la scène elle-même.

Certains éléments descriptifs agacent. L’auteur-photographe nous raconte de belles scènes pré ou post spectacle – dignes du fameux backstage – mais on ne les voit pas en photo. Par exemple, une épreuve très simple représentant Carl Barât des Dirty Pretty Things, au repos, suit un texte où on apprend qu’il a réellement pris la pose pour la photographe alors qu’il jouait au soccer deux minutes plus tôt. Quelle déception! Pourquoi nous le montrer au repos, comme tout photographe de presse aurait fait, alors qu’elle aurait eut accès à une scène beaucoup plus intéressante? Je saisis mal cette approche de la «pose». De plus, Jodoin-Keaton cherche l’expression naturelle dans l’univers des artistes, mais nous affirme le contraire dans ses explications, au fil du recueil: elle compose sa photo de façon à obtenir ce qu’elle souhaite. Bonjour le naturel!

Certains choix dans l’organisation du recueil sont incompréhensibles. Pourquoi décrire sur la page de gauche, une photo qui n’est pas celle sur la page de droite? Pour retrouver cette photo 28 pages plus loin, avec le descriptif d’une toute autre scène. Fatigant. Et ces textes sont d’un ordinaire agaçant. Quitte à raconter son périple, VJK aurait dû s’associer à un auteur qui aurait su retirer le meilleur de ses aventures. Mais non.

Enfin, c’est un joli recueil photographique à posséder si l’on aime les «vedettes». On y apprend que peu de choses sur la vie à l’arrière-scène, finalement. Bien que les photographies soient simples et efficaces, elles ne rendent pas justice à l’aventure Backstage que Jodoin-Keaton tente de nous communiquer. Quelques belles prises ont sauvé le livre, à mon avis. Un Dumas recroquevillé, à l’opposé de sa fausse mondanité photographique habituelle, m’a séduite. AD-Rock des Beastie Boys, riant aux éclats, m’a donné le goût de lui payer une bière.

À lire aussi, la rencontre du collègue Stéfane Campbell avec la dite photographe, en novembre dernier.

www.valeriejodoinkeaton.com

L’exposition se tient à la Galerie Pangée jusqu’à ce dimanche, 28 février 2010. 40, Saint-Paul Ouest, Montréal. Une fête de clôture de l’expo aura lieu samedi le 27 février, à compter de 18h, dans le cadre de la nuit blanche.

VJK_MIA

Photos (Rufus Wainwright et M.I.A.) de Valérie Jodoin-Keaton.

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux