BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Culture country : 5e soirée des Francouvertes

Julie Ledoux
9 mars 2010

C’était la soirée country et western aux Francouvertes! Rater ça? Pas une option. Arrivée au cours de la seconde chanson de Domaine Alary. Excellente soirée de découvertes. Francouvertes, pardon. Coup de coeur en mode printanier.

Domaine Alary

Bon, disons-le tout de suite, je suis arrivée et j’ai aimé. Deux minutes plus tard, ça s’est gâté : Martin Alary commence à parler pour présenter son groupe. C’est long, plate et même Dany Placard semble tanné. Attention, même s’il ne s’agit pas de chansons, le public juge encore et peut-être même le jury. Que tu le veuilles ou non. Bref, quand tu comptes Francis «Toots» Macbeth et Dany Placard dans tes rangs, t’es chanceux. Une belle performance lors de « L’amour me doit 100 piasses » : des cris de loups, des voix rauques, une batterie et des percussions bien présentes. Et que dire de la « patère de caisses de résonances » de Dany Placard! Original dans un décor de scène et bien senti dans les chansons.

Gros bémol : ne pas diminuer l’importance du suicide et des chansons qui s’y attaquent. La dernière pièce du groupe, « Garage », est lourde de sens puisqu’elle concerne le suicide récent du père du chanteur. Dire au public de « ne pas prendre ça trop au sérieux » a jeté un petit froid sur la salle.

En somme, Domaine Alary ce sont – en résumant de façon grossière – des paroles insuffisantes et des musiciens chevronnés. Un bel hommage au père de Martin Alary, mais ce genre de groupe est-il viable? Sans connaître l’origine de la fondation du groupe, je n’arrive pas à m’expliquer sa présence dans la ronde des préliminaires si ce n’est la présence marquante de Toots et Placard qui volent littéralement la vedette.

Caloon Saloon

Mon coup de coeur de la soirée, vraiment! Jamais entendu ce groupe en spectacle auparavant et après Domaine Alary, sachant qu’il y en avait deux dans le coup encore, j’étais un peu réticente. Les sceptiques seront confondus. La voix de Michel-Olivier « Lil’ buck » Gasse et sa contrebasse sont bien posées et rythment les mélodies du groupe. Ses hochelagags sont parfaits entre les chansons et les liens entre les pièces se font aisément. Un bel éventail de trouvailles musicales de la part de ces musiciens de grand talent. Sur « T’es allé où? », le gazou et la plancher à laver nous emmènent en Louisiane. Les harmonies vocales bien présentes dans la plupart des pièces sont contrôlées et efficaces, particulièrement sur « Jesse Ranger », une ballade western où l’on se retrouve pratiquement au Far West du troisième Back to the Future. Puis il faut le dire, quand il y a du gazou dans une chanson, moi je trippe.

Toots est encore une fois incroyable et les autres ne donnent pas leur place : « Pontiak » aux percussions et harmonica ainsi que « Backdoor » à la mandoline et guitare. Et puis, j’adore ces surnoms. Tout est ancré dans la tradition et l’amitié chez Caloon Saloon. On aime ce country francophone aux influences folk-america-jazz-roots. On les verrait bien aller loin loin loin… genre au Club Soda le 3 mai prochain.

Michèle O.

Suivait la prometteuse Michèle O. et son groupe, dont le batteur n’en était qu’à son second spectacle avec le reste de la gang. Vraiment? Pas remarqué!

On commence en force avec « Assise dans ma tête », l’une des pièces les plus connues de la jeune auteur-compositeur-interprète. Effectivement, une pièce bien rodée mais qui, cette fois-ci, n’a pas semblé atteindre toute sa puissance. On le blâme sur le «je-passe-troisième-et-j’ai-hâte-en-bâtard». Oui, bâtard. C’est elle-même qui le dit. Une bouffée de fraîcheur sur scène, cette Michèle O.! Bien que les thèmes abordés et les paroles se recoupent parfois – même souvent – dans ses chansons, l’artiste trace son chemin et semble avoir conquis une bonne partie du public. Descendue directement de Val d’Or (ben non, elle habite à Montréal, voyons) Michèle O. est arrivée en conquérante. Si les premières pièces ne m’ont pas convaincue, les deux dernières, « Ma belle tempête » et « Encore » ont atteint leur but.

En entendant les premières notes de « Ma belle tempête », j’ai eu le sourire aux lèvres. Une jolie chanson bien ficelée. Encore, nous revenons aux « dans ma tête » mais enfin, elle en sort de sa tête et se lance dans la tempête. Pierre-Louis Lavoie à la guitare et au banjo s’installe bien confortablement et se lance pratiquement dans une transe accompagnant Michèle O. qui vraisemblablement, semblait enfin à l’aise. Sur la dernière, « Encore », tout le monde semblait réchauffé sur scène et parti pour la gloire. Manque de temps.

Petit bémol au groupe ou au gars du son (à vérifier): Michèle, on ne t’entend presque pas! Réglons cela avant les demi-finales car j’aimerais bien entendre cette petite voix bien puissante et ces paroles bien travaillées aux couleurs de road trip dans la tempête ou sous un gros soleil tapant. On lui souhaite franchement de passer le cap des préliminaires, histoire que nous puissions mieux apprécier ses compositions en demi-finales, le petit stress des préliminaires en moins.

Palmarès en date du 9 mars 2010 :

1. Caloon Saloon

2. Monogrenade

3. L’Ours

4. Louis-Philippe Robillard

5. Philémon chante

6. Michèle O.

7. Jesuslesfilles

8. Meta Gruau

9. Domaine Alary

*** Encore une fois, j’ai oublié ce foutu appareil-photo. Je suis déçue de moi-même. J’me serais fait prendre en photo avec Dany Placard.

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux