BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Francofolies Jour 4 : Moussette, Lo’Jo et Yesterday’s ring

Julie Ledoux
14 juin 2010

Il faisait beau hier, sur le site des Francofolies et les coups de soleil ambulants se promenaient sur l’esplanade de la Place des Arts. Pour ma première présence sur le terrain depuis le début des festivités, j’ai été quand même bien servie…

C’est assise au milieu d’une étendue d’herbe verte que j’ai pu découvrir ce que Moussette faisait en spectacle. (Depuis mes premiers moments avec Bang Bang, je vais de première fois en première fois: c’est épuisant, parfois décevant, mais généralement jouissif. Et je recommence tout le temps.) J’étais intriguée de voir comment la musique tranquille du groupe montréalais prendrait sa place sur scène. Le fait que nous étions assis dans l’herbe cadrait parfaitement avec l’ambiance relativement campagnarde du dernier album de Moussette, Le Club Alpin. Si la présence sur scène du groupe demeure un peu statique, leurs chansons demeurent toujours aussi enveloppantes et captivantes. Je me demande pourquoi le groupe a opté pour tant de chansons anglophones (au moins trois) alors qu’ils disposent d’un répertoire francophone assez imposant. Dans un show régulier, ça ne m’aurait pas fait sourciller, mais aux Francos, je tique… Malgré cela, ce fût un beau moment dans la nature en plein centre-ville.

En marchant vers un des nombreux Franco-Bar et en me faisant fouiller trois fois en dix pieds (j’exagère, mais tsé), la scène «multiculturelle» s’offrait à mes amis et moi. Lo’Jo s’affairait sur scène à faire danser la foule à ses pieds. Disposant d’un son international très intéressant, d’accents d’accordéon, de percussions, et un ensemble de voix féminines et masculines, le groupe  français semblait conquérir de nouveaux fans à chaque accord. À mi-chemin entre La Rue Kétanou et Mano Solo, mettons. Belle petite découverte en attendant le spectacle en français de Yesterday’s Ring.

Je n’aime pas dire qu’un groupe que j’aime me déçoit. J’aime encore moins que ce soit Yesterday’s Ring. J’aime vraiment ce que Hugo Mudie et sa gang font. Mais si les textes de Mudie offrent une belle mélodie et de belles sonorités vocales en anglais, ils n’ont pas le même aplomb traduits en français. Je dois cependant saluer l’effort du chanteur et auteur dans son travail de traduction de ses propres textes. Il n’est pas du tout évident de le faire et malheureusement, les transcriptions en français n’ont pas rendu justice à l’oeuvre du groupe. La musique reste excellente et nous avons pu apprécier l’humour et le charisme de Mudie et ses amis, surtout lorsqu’il fût question de William Deslauriers…

Reconstitution pour votre bon plaisir… Hugo Mudie : «Oui oui, j’irais prendre une bière avec lui… s’il me la paye. On peut-tu se faire crisser dehors des Francos si on blaste un autre artiste? Parce qu’on a un autre show mercredi… Non, mais tsé, y’est ben fin pour vrai. C’t'un bon gars. Ouin.»

Mercredi, ce sera au tour des Sainte Catherines d’être en spectacle avec les Vulgaires Machins dont la claviériste/chanteuse/guitariste donnait du clavier et des percussions avec Yesterday’s Ring, hier soir.

Bref, bonne petite première soirée pour Ledoux aux Francos, le beau temps aidant. On verra bien ce soir si Malajube  parviendra à  combler les attentes de toutes et tous, si Yann Perreau nous fera rêver, et si Alex Nevsky… est Alex Nevsky. Et puis, je m’essaierai à la Tente Slam pour voir de quoi il en retourne et si Jean-François Casabonne est aussi bon slameur (?) qu’il est acteur.

Demain : des photos, si je suis capable.

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux