BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

« Ma première fois au FME », jour 2 : se repérer entre deux mines

Julie Ledoux
4 septembre 2010

Bon, on le sait, c’est ma première fois. Toujours est-il que, même si notre arrivée s’est faite vers les 16h du jour 2 (vendredi, hier), j’ai pu apprécier et découvrir les items suivants :

Le Parc de La Vérendrye et L’Abitibi : c’est beau en cry. Des lacs, des réservoirs, des lacs, des lacs, des conifères, des conifères chétifs, des gros crisses de conifères, des mini-villages, des gros villages, des villes, des bateaux, des pick-ups, des mines, des mineurs, des camions, des camions, des plus gros camions, etc. J’aime ça! On a tâté du Val d’or pour dîner, au restaurant L’Avantage. L’ancienne résidence du seul distributeur de Coca-Cola de l’Abitibi (ou de Val d’or? Je sais plus, c’était écrit sur le menu) nous a fourni une jolie terrasse pour nous sustenter entre deux averses. Sympathique.

Lac Osisko

Rouyn-Noranda : Contrairement à la pensée populaire, il faisait vraiment chaud à notre arrivée. Et soleil. Pis l’université est grosse. Nos hôtes sont hyper sympathiques. On n’habite pas au camp. On n’avait pas le droit. Mais c’est ben plus agréable d’habiter chez de vrais résidents de Rouyn! La ville est belle, le Lac Osisko fait une super belle job de vision bucolique. Deux points de plus pour la piste cyclable qui longe le lac et le centre-ville, par le fait même.

Nuages menaçants + Lac Osisko + Mon ombre menaçante

Les 5@7 : Moyen. Pas la programmation. Le fait que tous les artistes débutent en même temps et qu’il est impossible de se promener entre les lieux de diffusion. À 17h30, Émilie Clepper n’avait pas commencé son spectacle. À 17h40, ni Salomé Leclerc ni This Is The Hello Monster avaient débuté. On s’est rendu jusqu’à Alex Nevsky qui, lui, avait débuté à 17h45. Tant mieux. Sauf que là, on ne pouvait plus rentrer dans L’Abstracto. Bonne idée d’avoir installé des hauts-parleurs dehors, par contre. Morale de l’histoire : choisis ton 5@7 pis reste là.

Chez Morasse : Pire déception de ma vie, je pense. Bon, peut-être pas de ma vie, mais come on! La Meilleure Poutine au Monde, vraiment?!?! Pas du tout. Ambiance très weird. Mon odorat a eu peur, aussi. La moitié de l’équipe Bang Bang est déjà décimée par une gastro. Ça n’a vraiment pas dû aider.

D'la belle déco

Petit Théâtre du Vieux Noranda : Bel endroit! Manque d’aération, mais bon, on va y arriver. La déco est super, le monde sympathique, le verre de vin pas cher. Des éléments gagnants. La programmation du 3 septembre, astheure. The Peelies. Allô les filles? Ça va? Hé que vous avez l’air de vous emmerder! On est là! Aaaaah, ok! Il fallait que la fille à la batterie vienne chanter pour que le lien se fasse. Okidoo. Deux-trois bonnes chansons vers la fin de la performance. Le reste : pas mal ordinaire. Elles connaissent leurs accords, mais y’a – 4, de magie. Jésuslesfilles. Performance qui déchire les oreilles et c’est tant mieux! Tout le monde commence à se réveiller, enfin. Le groupe se déchaîne, même si Azure (la chanteuse) a l’air parfois de s’emmerder un peu, on ne peut détacher nos yeux du guitariste Mathieu qui joue comme si c’était son dernier show. Intense et fort. We Are Wolves. Moi qui ne les avait jamais vus, j’ai été surprise de façon très agréable. Ils sont fous, ça on le sait. De l’électro-rock à son meilleur. On a eu droit à quelques chansons du dernier disque Invisible Violence et, évidemment, «Magique», qui a reçu son lot d’applaudissements.

D'la belle déco

Bref, la chaleur du Petit Théâtre et la fatigue ont eu raison de moi (et des autres). Fred Fortin et The Sadies, on vous aime, mais pas autant qu’un lit.

Prise 2 à soir. Si on est game, on va peut-être même rester jusqu’à Misteur Valaire (à 2h du mat’). On s’en reparle. Pas de promesses.

Les photos s’en viennent. Après mon déjeuner. (13h) Les photos sont là. Vous voyez mon pas de talent! (22h)

Un commentaire

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux