BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Coup de Coeur Francophone Jour 2 : Krista Muir et Avec pas d’casque au Bistro In Vivo

Julie Ledoux
6 novembre 2010

Note : ce compte-rendu sera sous le thème de l’émotion.

1) J’ai un kick sur Krista Muir, et 2) Avec pas d’casque, je les aime d’amour. Dure, la vie de journaliste.

Hey, la rue Sainte-Catherine Est dans Hochelaga! Qu’est-ce qui se passe?

Rue Ste-Cath Est, Hochelaga Style. C'est flou, mais ça donne une idée.

J’avais l’impression de faire une course d’obstacles pour me rendre au Bistro In Vivo. Une chance que c’est joli et sympathique, là-bas! Et qu’il y faisait chaud. Petit bémol, cependant : il faudrait penser à un concept qui ferait qu’on enlèverait les tables (ou une partie) quand les artistes commencent à jouer. Disons que les serveuses avaient l’air écoeurées de tasser le monde dans leur chemin. Et on était tanné d’être sur leur chemin, justement.

Krista Muir

Krista, Krista, Krista. Tu es jolie, habillée fifties comme dans Madmen (elle confirme qu’elle est fan, d’où la robe). Ta voix grave et modulée charme le public. J’ai aimé l’effort de traduction vers le français sur certaines pièces et les chansons francophones choisies dans son répertoire. Ses interventions, pratiquement entièrement en français, confirment sa francophilie. La très souriante Krista Muir nous a donc offert Concrete Lovesong, Take Me, La Grenade, Libre encore, Hardwood Floor (je pense bien), La Berlue (une reprise de Françoise Hardy), et quelques autres.

Krista Muir @ Bistro In Vivo

Enfin, elle a revisité son répertoire au complet, nous offrant quelques nouvelles pièces et revenant sur Les Ouaouarons et Between Adams (?), cette dernière interprétée avec ses collaborateurs et amis Shane Watt et Marie-Ève (au nom de famille inconnu qui a accompagné Miss Muir sur plusieurs chansons lors du spectacle, tant au violon qu’au Ukulele), ainsi que ses collègues d’Avec pas d’casque.

Krista Muir et Marie-Ève (nom de famille inconnu...)

Avec pas d’casque

Toujours aussi bons en spectacle, le groupe commence à se dégêner un peu et s’affirme dans ses interventions. Stéphane Lafleur et Joël Vaudreuil interviennent et jouent avec le public entre les pièces et on se prend à se dire qu’on fait un peu partie du groupe, nous aussi, public averti. Nicolas Moussette toujours aussi discret et excellent réussit toujours à créer l’ambiance Avec pas d’casquesque, tandis qu’un certain Mathieu, au tuba, consistait en un très bel ajout sur scène et donnait de la profondeur aux chansons. Le groupe a été généreux et, même s’ils avaient prévu faire un spectacle plus tranquille, croyant qu’il y aurait un tout petit public, ils nous ont offert une belle performance, s’ajustant au feeling donné par la foule.

Avec pas d'casque @ Bistro In Vivo

Comme Lafleur l’affirmait, c’était une soirée où APDC devait jouer des chansons qu’ils faisaient peu en spectacle et pour une des rares fois de ma vie, j’ai pu crier «C’est ma toune!!!» lorsqu’ils ont entamé Faire l’étoile et caler quand même. J’étais heureuse, tsé (Je vous l’ai dit en haut, sous le signe de l’émotion.). Et, chanceux que nous sommes, nous avons eu droit à la fameuse version franco de A Boy Name Sue, Sue est remplacé par Carol. Je me suis toujours demandé si c’était en hommage à Carol Cassistat.

Krista Muir accompagnant Avec pas d'casque

Bref, nous avons eu droit à quelques grands succès dont Apaiser le singe, L’amour passe à travers le linge, Spirographe, etc., ainsi que deux nouvelles chansons dont Jamais plus mort et Dommage que tu sois pris, j’embrasse mieux que je parle (avec Krista Muir). Un futur album qui promet.

3 commentaires

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux