BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

RIDM 2010 – Jour 10 : se perdre en Sibérie

Julie Ledoux
21 novembre 2010

Encore une fois, je suis triste. Si peu de temps à consacrer au RIDM est quasi criminel. L’année prochaine, je prends des vacances juste pour y assister TOUS LES JOURS. Voilà, c’est dit.

Glubinka 35 x 45 (Countryside 35 x 45)

Cette incursion dans la Sibérie profonde (Est-ce un pléonasme?) offre un regard sur la vie des résidents de la Russie pratiquement sauvage. Ces hommes et femmes, souvent agriculteurs ou éleveurs, plongent de force dans la nouvelle ère russe de l’époque : la Russie post-URSS. La trame du documentaire de Evgeny Solomin s’axe autour du parcours d’un photographe (Letikov) chargé de capturer l’image de centaines voire de milliers de Russes lors de la période entourant  l’échange des passeports soviétiques de l’ex-URSS vers ceux de la nouvelle Russie.

Cette trame apparemment simple nous permet de pénétrer la vie de ces Russes, obligés au changement, peu concernés par la politique, reclus et vraisemblablement heureux. On y découvre des hommes et des femmes parfois très âgés mais toujours actifs, ne comprenant pas la situation de changement, vilipendant le photographe et affirmant qu’ils n’auront jamais besoin de passeports car ils ne voyagent pas et ne vont jamais même en ville. Une fabuleuse carte postale d’une génération ayant vécu différentes époques de la Russie.

On retrouve aussi une jeunesse prête à s’ouvrir sur le monde, malgré l’éloignement de leur région, profitant de la vie mais restant fidèle aux traditions. Filmé lorsqu’il prenait des photos à un mariage, le photographe entre dans la danse des nouveaux mariés et se mêle au groupe. Cette danse, ils la créent sur une chanson racontant l’attachement pour leur coin de pays : « I like it all / Our Siberia’s mess / I like it so much ». Un superbe moment capté par le réalisateur et son équipe.

Il s’agit probablement de l’élément le plus intéressant du documentaire et le plus audacieux : le noir et blanc. En effet, l’oeuvre de Solomin est tournée en noir et blanc, tout comme les photos que Letikov prend à chaque jour, et donne un angle plus dramatique au documentaire. Une belle idée, sachant que le paysage de la Sibérie est pratiquement désertique, même l’été. Ainsi, les expressions des photographiés en sont relevées et plus significatives.

Russie / 43 minutes

En compétition dans la catégorie Caméra Stylo.

Les 13e RIDM prennent fin ce soir. Courez-y si vous n’y avez encore rien vu, ça vaut le coup.

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux