BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Bilan 2010 : bien le bonjour 2011!

Julie Ledoux
30 décembre 2010

Je suis un peu fatiguée.

Fatiguée parce que c’est la fin de l’année, que les fêtes rocambolesques et sans fin se suivent mais se ressemblent rarement, que je me suis parfois épuisée pour pas grand chose cette année, que j’apprends encore à chaque jour à gérer le décès d’une personne avec qui je partageais autrefois ma vie, mais surtout – là, maintenant – parce que j’essaie tant bien que mal de garder un petit ton léger mais je dois avouer que je suis fatiguée. Fatiguée du genre à pleurer en visionnant un vidéoclip de Vincent Vallières (J’ai un kick incroyable sur Vincent Vallières depuis des années).

Yé moi!

Bon, il y a tout de même des événements joyeux, comme le fait qu’en ce mois de décembre 2010, je fête mes trois ans à Bang Bang! (Oui, en gras, en plus!) Je suis un peu fière de moi, quand même. Un peu plus d’un an dans la version papier originale (et sur le web! Voir ici, la première chronique Base Art Visuel publiée sur le site de Bang Bang… pas mal différent, mettons!), puis 2 ans à la barre du blogue Base Art Visuel, récemment renommé Baz’Art Virtuel – variété du contenu oblige (et que j’avais le goût de décider du nom de mon blogue, pour une fois). Bref, je suis pas mal contente et j’avais le goût de vous en faire part, bon.

2010 aura donc été… hmmm… spéciale. Comme toutes les années, finalement. MAIS j’ai quand même réussi à finir mon foutu mémoire de maîtrise. Passer à autre chose, «c’est comme vraiment cool, tsé, man!». Oui, effectivement.

Ze vrai bilan

Malgré toutes les bourdes et les événements plus ou moins joyeux, je suis pas mal contente de mon année, Bang Bang wise. Entre 25 et 30 entrevues menées dans l’année – en janvier, puis en faisant un saut pour reprendre officiellement à la fin mars – m’ont permis de rencontrer une panoplie d’artistes tout aussi intéressants les uns que les autres. Voir Dumas backstage puis Courtney Wing devant un thé funky des Thés Davids, discuter avec Pete Beaudoin de Complications aux Katacombes, Yann Godbout devant une broue, les gars de la Querelle au Parc Lafontaine (avec un excellent élixir maison), entrer dans le monde des créateurs d’Organ Mood et de Man Machine, découvrir la fameuse shed à Placard, etc., toutes ces rencontres ont fait de l’année 2010 une année de découvertes, encore une fois. Je n’en reviens jamais à quel point nous sommes chanceux de vivre dans une société où il est possible de créer librement. Je pense sincèrement que chaque nouvelle composition, chaque peinture terminée, chaque point final à un manuscrit, sont autant de manifestations du foisonnement de la création québécoise mais aussi une véritable ode à la liberté créatrice.

[Je suis en train de lire Pyongyang de Guy Delisle. Est-ce que ça paraît?

]

2010, ça a été aussi le retour de la galerie Bang Bang! Bravo! Elle re-décolle tranquillement et, en 2011, ça risque de kicker beaucoup de derrières. J’ai hâte. Deux artistes par mois s’ajouteront à ceux déjà présents. Et les articles tenteront d’être aussi complets que ceux des reportages et entrevues «musique». Double YÉ.

En 2010, j’ai aussi découvert le Festival de la Musique Émergente en Abitibi-Témiscamingue (FMEAT), aussi connu sous le nom de «’sti que c’est cool, on s’en va à Rouyn!». L’arrivée au gros soleil, dans la chaleur, a rapidement été suivie du frette, de la pluie et de la première neige. Ça, c’est l’Abitibi, yo. On aime ça! J’ai chialé un peu parce que le festival est victime de sa popularité et que les salles sont si bondées qu’on refuse du monde à l’entrée. J’ai cependant vraiment passé du bon temps à Rouyn, découvert une région que je connaissais à peine, eu bien du plaisir sur la 117, tenté – passé 23h – de trouver du tonic dans l’une ou l’autre des stations-services du coin (on a du en faire 4 ou 5, sans succès), pour finalement croire que le tonic, ça n’existe que dans les bars, à Rouyn. Cela dit, j’ai TRÈS hâte de voir ce que le FME nous réserve cette année!

Puis, parlant de premières fois… les Francouvertes, le Coup de Coeur Francophone, le FIMA, et tant d’autres nouveautés… Je sais que ce ne sont pas de nouveaux festivals mais on se rappelle que jusqu’à tout récemment, je bossais sur un mémoire de maîtrise qui n’en finissait plus de finir. J’étais une ermite… mais pas vraiment. J’essayais de m’en convaincre, par contre.

Le retour aux RIDM m’a vraiment plu et je compte bien y refaire une apparition en 2011 et gosser les lecteurs de Bang Bang avec tous ces documentaires. Même histoire pour Osheaga qui, ma foi du bon dieu, en a r’viré toute une cette année! Avec Weezer et Arcade Fire, Snoop Dogg (my my my, j’y touchais presque), The National et  tant d’autres, le festival siégeant au Parc Jean Drapeau m’a définitivement convaincue de passer du temps à Montréal l’été! J’ai déjà hâte de reprendre la navette fluviale l’été prochain…

Ceci dit, j’ai aussi hâte de (re)découvrir le Québec en 2011, histoire d’aller voir si je peux toper la fois où Daniel Boucher m’a dégouliné de sueur sur la tête lors de son spectacle au Vieux Clocher de Magog… juste après être tombée en amour avec Vincent Vallières (en première partie). Ça fait longtemps. Pas que je ne sors plus de Montréal, bien au contraire. Maintenant, quand je sors de la ville, c’est pour couper court aux événements et au travail, et retrouver la campagne tranquille et ma famille. Tentons donc, en 2011, de combiner les deux. On va avoir du plaisir.

Bref, faire des bilans, c’est comme manger du sucre à la crème…

… au début c’est agréablement sucré mais à la longue, ça te tombe sur le coeur et t’as le goût de te brosser les dents pour repartir à neuf. 2010 vs 2011.

2 commentaires
  • val
    31 décembre 2010

    Ahahaha! Moi aussi ça me fait braîller le clip de Vallières!!

    Chapeau pour tes 3 grosses années au BangBang, Julie!

  • Julie Ledoux
    2 janvier 2011

    Merci Val!

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux