BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

La Scène 1425 lance sa nouvelle plateforme et fait des p’tits!

Julie Ledoux
12 janvier 2011

C’est aujourd’hui que la Scène 1425 lançait en grandes pompes, au Studio Théâtre de la Salle André-Mathieu, leur nouveau portail web et qu’on nous présentait les nouveaux diffuseurs membres de la communauté.

On connaissait déjà l’intérêt de la Corporation de la salle André-Mathieu à renouveler son public puisque c’est en 2008 que débutait la Scène 1425, menée par Julien Aidelbaum, qui tente depuis de rajeunir le public plutôt vieillissant des salles de spectacles de la couronne nord, en présentant des artistes de la scène locale émergente. Si le succès de cette entreprise est déjà confirmé (Plus de 20 000 «nouveaux spectateurs» depuis ce temps, selon le directeur de la corporation de la salle André-Mathieu, et 45 000 jeunes spectateurs, selon le communiqué de presse.), les têtes dirigeantes du projet ont décidé de prendre de l’expansion en s’associant à différents lieux de diffusion au Québec et en créant une nouvelle plate-forme de diffusion sur le web.

Jimmy Hunt en ouverture de la conférence de presse

Entre les performances de Jimmy Hunt et de Random Recipe, nous avons appris que la Scène 1425 rassemble désormais, en plus de la Salle André-Mathieu, le Théâtre du Vieux-Terrebonne, la Salle Albert-Rousseau (Québec), le Centre Culturel de Joliette, Le Palace (Granby), le Centre Culturel de l’Université de Sherbrooke, le Centre des arts Juliette-Lassonde (Saint-Hyacinthe) et le Centre culturel de Drummondville. On remarque donc que la Scène 1425 ne se limite plus à la couronne nord puisque quelques salles de l’Estrie et du Coeur du Québec ont été ajoutées à la liste. De plus, le réseau souhaite éventuellement s’étendre à 15 membres (donc près du double!) dans un avenir rapproché.

Pas exactement le visuel du site, mais c'était beau!

Enfin, le portail scene1425.com s’attèle désormais à présenter les artistes des régions concernées, tout en faisant la promotion de ceux qui seront à l’affiche dans les salles du réseau. Au calendrier culturel s’est ajouté une section magazine (encore en chantier), une section «musique» qui, avec l’aide de Bande à Part, mettra en ligne des compilations hebdomadaire et les performances live (qui se retrouveront dans la section «en direct»). Bref, un projet très ambitieux, selon Julien Aidelbaum, mais qui fera le bonheur des jeunes de 14 à 25 ans qui seront d’ailleurs les artisans de ce site web. Nous avons pu voir un bel échantillon de collaborateurs lors de la conférence de presse d’aujourd’hui!

[Si je peux me permettre un petit commentaire éditorial en passant, je me demande si la Scène 1425 fait toujours la différence entre musique «locale» et musique «émergente». Si les deux peuvent se recouper en plusieurs points, il reste que la promotion de la musique actuelle émergente, tel que mentionné lors de la conférence de presse, ne peut pas réellement qualifier la promotion de spectacles de Karkwa, les Trois Accords ou Pierre Lapointe. Cela dit, il est entendu que ce sont de bons spectacles à promouvoir et ce, pas seulement à Montréal ou Québec, mais je ne peux me résoudre à croire qu'il s'agit d'artistes dits émergents comme Braids, Grenadine ou Katie Moore. Bref, je crois que le juste milieu entre les artistes émergents et d'autres bien implantés soit important, et la Scène 1425 l'a bien compris, mais il faut tout de même faire attention aux qualificatifs et expressions consacrées et ne pas tout mettre dans le même panier.]

Random Recipe en clôture

2 commentaires
  • Marcel Alexander
    12 janvier 2011

    Merci de vos commentaires sur la Scène 1425. Votre commentaire éditorial sur la musique émergente est tout à fait juste. Les choix que nous avons faits tiennent aussi compte que nous visons à rejoindre une clientèle d’adolescents et de jeunes adultes et qu’il peut arriver que nous présentions des artistes qui ne peuvent plus être considérés comme émergents. Comme vous le mentionnez, nous recherchons un équilibre intéressant pour le public visé, avec un fort préjugé favorable pour les artistes et la musique dits émergents.

  • [...] personne. Pour en revenir, je sais que ça fait deux billets sur le même contenu, avec celui de Julie L. La grosse différence, c’est que le mien n’est pas vraiment pertinent. Je suis juste [...]

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux