BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Le Festival du Jamais Lu fête ses 10 ans et séduit encore!

Julie Ledoux
15 avril 2011

*** Cet article a été écrit en collaboration avec Rachel Gamache, littéraire et amoureuse de la langue, qui fera bientôt ses premiers pas sur Bang Bang. Le blogue J’te vois dans mon livre sera bientôt votre filon littéraire favori…

Jusqu’où te mènera ta langue? Ne vous y trompez pas, il s’agit bel et bien d’une invitation galante lancée par Marcelle Dubois, directrice artistique du Festival du Jamais Lu, et ses collaborateurs aux dramaturges québécois émergents.

Crédit photo : Thomas Bilodeau-Blain

« Exister encore, après 10 ans, démontre la vitalité et la richesse des auteurs émergents et de la nouvelle génération, et démontre aussi l’intérêt du public.», lance celle qui se réjouit « beaucoup de cet enthousiasme du milieu, de même que l’enthousiasme du public pour ces paroles-là. » Déliées, pendantes, tirées, fourchues, marginales, langoureuses ou languissantes, les langues du théâtre ont défini l’identité culturelle des Québécois au fil de notre histoire. «On présente des lectures de textes inédits d’auteurs de la relève. C’est un mandat super précis, mais en même temps, ça me rend très fière.», précise Marcelle Dubois. « On a très peu de financement, récurrent. C’est un peu à recommencer à chaque année. Si on n’avait pas été portés par un souffle, on aurait arrêté, tout simplement parce qu’on n’a pas de mandat de pérennité. » Les rencontres et les mises en lecture proposées par le Festival du Jamais Lu souhaitent passer le mégaphone aux voix contemporaines et, ainsi, faire écho à cet héritage fondamental.

Pour célébrer le dixième anniversaire de sa prise de parole, le Jamais Lu s’est entouré de sa famille en conviant Marc-Antoine Cyr, Mathieu Gosselin, Francis Monty et Dominick Parenteau-Lebeuf, dramaturges pour lesquels ce festival s’est avéré un tremplin à la mesure de leur talent en les projetant non seulement sur la scène théâtrale locale, mais également hors des frontières du Québec. Un succès qui n’est pas étranger à la fierté qu’en retire Marcelle Dubois : « On est toujours contents quand un texte est repris vers la production. Ce qui est assez formidable, c’est qu’au début, on avait vraiment ce mandat-là d’être un vivier dans lequel les directeurs artistiques venaient piger parce qu’il y avait très peu de place faite aux nouvelles écritures. En 10 ans, ça a quand même beaucoup bougé et je trouve ça l’fun, je trouve ça sain. Donc, si les textes sont montés, c’est super, c’est un beau dommage collatéral, je dirais! »

Pour renouveler le mandat premier d’offrir une tribune aux nouvelles voix de la dramaturgie, les textes de Fabien Cloutier, André Gélineau, Marie-Ève Huot, Catherine Levasseur-Terrien, Julie-Anne Ranger-Beauregard, Guillaume Tremblay, Olivier Morin et Navet confit, et Anne-Marie White, seront aussi au rendez-vous. Qu’ont-ils fouillé avec leur langue? La sacoche de Lolita, le ciel, la fraternité, l’amour, mais aussi la brutalité, la colère, l’attente, la désillusion, le débordement, les tabous. « On se dit que c’est toujours pertinent de continuer parce qu’il y a toute une partie du public qui a cette soif de rapports à l’échelle humaine. Un rapport direct entre des artistes qui ont pris la parole, qui ont travaillé leur texte pendant longtemps. Il y a des comédiens qui défendent le texte, mais on n’a pas toute la machine de production, toute la commercialisation de l’art. On a juste le rapport à la parole et ça crée vraiment un lien très intime entre le public et l’artiste. Je pense que c’est aux gens que ce rapport intéresse que le festival s’adresse. »

Laissez-vous donc frencher!

Festival du Jamais Lu

Du 29 avril au 7 mai 2011, O Patro Vys (356 avenue du Mont-Royal Est) et aux Jeunesses musicales du Canada (305, avenue du Mont-Royal Est).

www.jamaislu.com

Informations et réservations : 514-328-7437

Si vous vous sentez l’âme d’un mécène, vous pouvez aussi participer à la soirée bénéfice du festival Les Confessions publiques, qui se tiendra le lundi 18 avril. Quatre auteurs et autant d’acteurs se livreront à vous, à l’Espace Go. Plus de détails sur le site web du Jamais Lu.

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux