BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Buddy McNeil and the Magic Mirrors – Introducing, Once Again…

Julie Ledoux
28 avril 2011

Le groupe nous offrait récemment un premier vidéoclip qui ferait bonne figure comme pub de iPod, alors je me suis dit qu’il était plus que temps de me lancer dans la critique du disque et de bouger un peu, moi aussi…

Très ancrée dans le rock’n’roll des années 50 et 60 du siècle passé, la musique de Buddy McNeil and the Magic Mirrors nous présente des accords simples, des harmonies vocales à souhait, un leader confiant et presque arrogant sur certaines pièces, et évidemment, un goût inné pour la musique qui fait danser. Vraiment, leur premier album assumé-complet-arrangé Introducing, Once Again… a tout pour plaire!

[Pour la petite histoire du groupe, on se rapporte à l’article du 30 mars dernier.]

Bien que le groupe ne réinvente pas le genre, il l’applique à la lettre. On se laisse entrainer par les pièces les plus dansantes («Shoe Shine», «Buddy», «Help Me Mama!» ou «Shake it Baby Like I Know You Would»), ou on danse un slow sur les plus douces («Can’t tell you baby», «Sailors’ journey» ou même «Weather the Storm», l’instrumentale). Tout est mis en œuvre pour satisfaire l’auditeur qui, évidemment, en redemande. On note les influences des interprètes des années de gloire du rock’n’roll tant dans l’interprétation que dans la composition. Ici et là, on reconnaît Elvis Presley, Buddy Holly ou même Mick Jagger sur «Last Train to Conway», et les fantômes du passé n’ont pas besoin de se retourner dans leur tombe (Oups, Jagger est toujours en vie…) puisque toutes les pièces sont interprétées avec justesse et plaisir évident.

Il s’agit d’un album qui surprend par la qualité de son enregistrement, par les arrangements bien calibrés des treize pièces de l’album, les ajouts de cuivres et de cordes sur certains morceaux, etc. Les thématiques sont aussi bien calquées sur les «enjeux» de la jeunesse Drive-In : on y parle d’amourettes, de musique, de conduite en voiture, et tant d’autres fuites nécessaires. Le disque plaira à toutes les générations. Des plus vieux qui ont vécu les années 50 et 60, aux plus jeunes, heureux de retrouver une musique simple et joyeuse, entraînante pour les pieds autant que pour les cordes vocales, Introducing, Once Again… fera danser, rigoler et chanter tous ceux qui s’y laisseront prendre.

Cote Ledoux : 8,8/10


Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux