BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Francofolies 2011 – jours 2 (Marjo et ses hommes, ça compte pas) et 5 : pluie ou soleil ça revient au même…

Julie Ledoux
15 juin 2011

…c’est pas la température qui va faire qu’un band est bon ou pas. C’est dit.

À date, ça va bien pour moi, par contre. Les groupes sont bons, et ont l’air de s’amuser sur scène.

J’ai entendu Marjo en direct du Bar F (Damn right!) sur la Place des Festivals. J’avais oublié ce show-là, des Francos… comme une bonne partie de la population. Ça avait l’air bien, mais vide côté foule. Souvenirs et toutte le kit. Mais on n’apprivoise pas les chats sauvages, Marjo, et faire chanter «Illégal» par Jonathan Painchaud, c’est pas une bonne idée.

Samedi 11 juin

Journée de pluie parmi tant d’autres sur la ville de Montréal. Coudonc, Québec, ça va bien ou t’es en dépression? (*Calembour météorologique*)

Après avoir hésité à sortir mon minois dehors, par ce temps incertain, je me suis déniaisée. En bonne compagnie, j’ai mangé un cheeseburger, bu de la bière de qualité, et écouté en début de soirée Lila Dit Ça, sur la scène Loto-Québec. J’ai bien aimé leurs chansons rock-prog, mais j’avais l’impression qu’il manquait un petit quelque chose. … Quoi? Qu’est-ce que tu dis Julie?… Il manquait des harmonies vocales? Ouais, il manquait peut-être ça, pour pousser la performance musicale des garçons : des choeurs. Généralement, ça aide à mieux calibrer la voix plus punk de ton chanteur. Bref, bonne performance et bonne chance dans vos futurs projets. J’aimerais bien entendre un album complet dans la prochaine année. Je dis ça d’même.

EP à télécharger ici, gratuitement, si ça vous dit.

Les Dorothée ont ensuite offert une bonne performance, relativement sage, au Pub Molson machin. Quelle scène ingrate pour un groupe punk rock! Ton public est assis sur des chaises de parterre et te regarde crier dans le micro ou jouer de la guitare comme s’il n’y avait plus de lendemain… pas facile. Peut-être que ça s’est dégelé vers 23h. On garde toujours le meilleur pour la fin, c’est bien connu.

Et puis, il pluviotait toujours sur les Francos quand notre bande est retournée sur l’herbe mouillée devant la scène Loto-Québec pour voir et entendre les Planet Smashers, en français. C’est drôle parce que l’année dernière, ce fût assez pénible d’entendre les traductions des Sainte Catherines, et je me disais que «Jamais plus!» je n’irais voir un band anglo qui traduit ses chansons. Sauf que les Planètes, elles, ont réussi leur pari. Si ce n’est que Matt Collyer parle moins bien français qu’Hugo Mudie, on peut dire qu’il a mieux rendu ses traductions, sur scène. Il s’est donné, le Matt! Et puis, on ne se tanne pas des Écraseurs de planètes! On danse le ska comme Manon, on crie les paroles dans un franglais incompréhensible, on donne des coups de pieds à nos voisins, on fait tout ce que le band nous demande de faire, on s’amuse franchement en renversant de la bière partout. Malgré la pluie. Malgré le frette qui nous grugeait les os. On a hâte au nouvel album qui s’en vient à grands pas. Cet été ou un truc comme ça, je sais plus.

Mardi 14 juin

Désolée, les Francos, je ne sors pas beaucoup, ces jours-ci. Je travaille sur un plan secret et je risque d’en parler à n’importe qui si je me promène entre tes stands à hotdogs et les travaux sur la Sainte-Cath’.

Je suis arrivée juste à temps pour attraper tout le spectacle de Sunny Duval et ses cuisses noires. Toujours aussi solide, notre Sunny. Je n’aime pas dire l’expression «guitar hero». T’sais, le monde qui sont bons à ce jeu ne sont généralement pas capable de faire une note sur un vrai instrument. Donc, je dirais que Sunny Duval et Nicolas Beaudoin (L’autre guitariste, t’sais, celui qui porte parfois un costume de marin et qui joue dans un autre band qui te fait danser? Ben, c’est lui.) sont d’excellents guitaristes, maîtrisant aussi bien les notes que la danse.

Bref, Sophie Breton nous séduit toujours en danseuse aux perruques et costumes variés, Victoria Lord et Felicity Hamer sont toujours justes et adorables en choristes, les CaloonSalooneux Michel-Olivier Gasse et Patrick Nadon ont toujours l’air de s’amuser et d’en suer un coup, avec un Sunny qui ne s’arrête jamais. Une bonne partie des pièces de Sein Noir, Sein Blanc y sont passées, de même qu’une pièce de Marcel Martel et une des Caloon. Bref, danser sous le soleil, c’est mieux que sous la pluie, mais reste qu’on s’amuse autant quand le band est excellent!

J’ai réussi à voir la fin du show hommage à Gerry. Bien que les invités me laissent (très) froide, il faut se l’avouer : les chansons d’Offenbach et de Gerry Boulet sont passées à l’Histoire et il faudrait vraiment être insensible pour ne pas chanter en choeur avec les interprètes d’un soir. Même si c’est Éric Lapointe.

*** Juste de même : Julien Corriveau de Grosse Distorsion (et des Appendices) a eu le flash du siècle d’inclure une chanson de Gerry lors du spectacle de Grosse Distorsion au Quai des Brumes, dimanche le 19 juin. Je dis ça d’même, si ça se produit pour vrai, vous allez regretter de ne pas y être. ***

Enfin, je suis allée voir le (nouveau) talent de l’heure : Jérôme Dupuis-Cloutier. Plus haut, je disais «groupes» parce qu’hier, Jérôme Dupuis-Cloutier n’était certainement pas en solo, avec ses multiples cuivres, sa chanteuse d’un soir et son pimp communiste. Une belle harmonie régnait sur scène et dans la salle (où le tout Sherbrooklyn s’était réuni, je crois bien…), hier soir, lorsque JDC (ce sera plus simple comme ça) entonnait les pièces de son Gentleman Refroidi et les reprises de Félix Leclerc, Denis Vanier et … bon, il m’en manque une.

Toujours est-il que j’aime beaucoup le mélange des cuivres et des guitares, banjo, dobro, et autres, l’humour simple de JDC, ses collaborations comiques et justes tant avec Ariane Bisson-McLernon (Alice and the Intellects, entre autres) ou Yann Godbout (Digit : Missile Command, Half Baked, etc.). Un bien beau et bon spectacle, entaché seulement par un manque technique côté voix de JDC : micro mal ajusté? Calibration mal faite entre musiciens et chanteur? Dommage, on manquait une part des jolies paroles de l’auteur-compositeur-interprète. Le décor froid de l’Astral n’a peut-être pas aidé à rendre la chaleur de tes chansons. C’était refroidi, comme on dit. (*Calembour musical*) Mais à part ces petites coquilles, c’était top notch, JDC.

Bonne fête, en passant.

Et puis… C’EST QUI FANNY ?

Pis comment ça «défunt» Roi Poisson ? C’est fini? Juste de même? Je demande des explications, là.

De retour aux Francos demain soir (jeudi). Cécile Hercule ou Robin Leduc? La Femme, Chantal Archambault et peut-être même Jenny Salgado, avant le clou de ma soirée : Après Ski par Érotique PQ. Groovy.

Pour le moment, je ne mets pas de photos parce qu’elles sont trop mauvaises, les miennes. MAIS, je crois bien avoir vu notre super Toma, Mister Zen en personne, sur la scène lors du passage de Sunny Duval. On aura sans doute droit à de magnifiques clichés. Vous pouvez déjà fouiller son blogue et y voir entre autres des photos de nos excellents Planet Smashers.


Un commentaire
  • Toma Iczkovits
    15 juin 2011

    Quels yeux de faucon, celle-là! Elle n’en rate pas une! Photos dispos bientôt, après Caloon Saloon…

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux