BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Francofolies 2011 – Jour 7 (en retard, mais c’est de la faute à la campagne…)

Julie Ledoux
18 juin 2011

… parce que oui, mon dernier week-end Francos, je le passe plutôt dans la belle région des Cantons de l’est. Après tout, c’est la fête des Pères, demain.

Cela dit, je n’annoncerai pas à mon père que je suis allée voir le spectacle d’Érotique PQ, à l’Astral, jeudi dernier. Ça créerait un malaise de Fête des Pères, je crois bien.

Érotique PQ ou l’art de rendre justice à la (au?) Maple Syrup Porn

J’avoue que je pensais vraiment me rendre à l’Astral pour écouter défiler les pièces de la trame sonore du film Après Ski, ce grand cru de 1971, où Francine Grimaldi côtoyait René Angelil. Mais Érotique PQ m’a bien surprise en ne rendant pas que les pièces funk originalement jouées par Illustration, pour la version porn des Bronzés font du ski (c’est un blague, bien entendu, les deux films sont deux entités distinctes). C’est que le groupe à huit têtes musiciennes et un VJ ont offert ce qu’ils font habituellement : des reprises de trames sonores de films érotiques québécois des années 60 et 70. Très bon choix puisque ce sont des pièces qui donnent sans cesse le goût de se trémousser, de crier de joie (évidemment), et même de faire connaissance avec son voisin, au bar, gracieuseté des montages vidéos de Patrick Lonergan (P Loner, pour l’occasion). D’ailleurs, ce gars-là doit vraiment aimer sa job puisque les montages consistent en de salaces extraits des plus grands succès érotiques québécois des belles années d’acting de Donald Pilon.

Cette soirée, en compagnie d’Érotique PQ, c’est donc un voyage dans le monde d’Après Ski, Sept fois par jour, L’Initiation, Valérie, Les Mâles, Viens mon amour, Y a plus de trou à Percé, Le Diable est parmi nous, et quelques autres films cultes de l’érotique vintage québécois. On groove, on danse, on fait un pit stop à Funkytown, quoi. Un bon moment en compagnie de cuivres, de lancées sur les percussions, la batterie ou le piano, de flûte traversière (bravo à Odrée Couture-Bédard, de son surnom) et même de Sitar (Y’en aura pas d’facile au tunning, mais une fois lancée, c’est sublime!). Bref, tout pour satisfaire les pécheurs par la luxure… (Je ne suis pas baptisée.)

Ce soir, ce soir…

Ce soir, mille et une suggestion pour le dernier soir des Francos 2011 : L’Usine de la Chanson (Alexandre Belliard et Desilets, Éric Goulet, Le Husky, Dany Placard, et plusieurs autres) sur la Scène Ford,  HHQc. com – La Force du nombre au Club Soda, Les Revenants à la Tente Slam Pepsi, Colectivo (scène Le Lait, 20h) ou Panache (20h ou à 23h au Pub Molson M) , Numéro # et Stromae au Métropolis (oh my!), et puis tant d’autres… dont le DJ Set des pros du festival, au Shag (à découvrir!).

Bonne soirée, bonnes Francofolies, on se r’voit bientôt!

2 commentaires
  • brem
    18 juin 2011

    Merci des bons mots!

    Le pire, c’est que Odrée avait accordé le sitar pendant 10-15 minutes facilement durant le test de son, mais entre le moment où les portes se sont ouvertes au public et le début du spectacle, il doit y avoir eu un changement de température parce que tout était « détuné »! Et il y a une 20aine de cordes à ce foutu instrument exotique!

    On va essayer d’améliorer ça le prochain coup! :)

    brem d’Érotique Pé-Cul

  • Julie Ledoux
    19 juin 2011

    Wow un double-tunning! C’est pas simple cet instrument-là!
    Mais pas de stress pour la Sitar, c’est clair que c’est pas facile à accorder!
    Et puis, en même temps, ça nous mettait dans l’ambiance! ;)

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux