BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

FIJM 2011 – Jean Vanasse Quartet à l’Astral

Julie Ledoux
5 juillet 2011

Oui, hier soir, je suis allée voir un spectacle de vrai jazz. Au Festival de Jazz. Et je ne m’y connais pas beaucoup, dans le genre. Par contre, là, j’y allais aussi pour faire plaisir à mon père. Jean Vanasse, c’est un de ses potes d’enfance. Un gars de Drummond, t’sais.

Et puis, Jean Vanasse, j’ai fait un travail sur lui, en secondaire 3.

Pas juste parce que c’est l’ami d’enfance de mon père. Surtout parce que c’est l’un des grands musiciens de jazz d’ici, un compositeur survolté (il a d’ailleurs fait la trame sonore de plusieurs films québécois dont celle de Erreur sur la personne), un chef d’orchestre jazz respecté, le fondateur de l’Orchestre Sympathique, et même un des fondateurs de l’OFF Festival de Jazz. Malgré ses tournées fréquentes tant en Europe qu’en Asie, il a participé 18 fois au FIJM. Cette année, il célébrait ça en grand, avec trois collègues et amis, Jean-François Barbeau (le p’tit nouveau, à la batterie), Richard Savoie (en remplacement à pied levé de Sylvain Provost au saxophone), et Frédéric Alarie à la basse et contrebasse, avec qui Vanasse partageait une complicité évidente.

Oh, j’allais oublier de vous dire que Jean Vanasse, il joue du vibraphone. (Du xylophone de pro, si vous voulez.)

Et il est impressionnant. C’est gros, des vibraphones. En passant d’une version en métal, à une autre en bois, Vanasse fait découvrir différentes sonorités que même l’oreille néophyte apprécie. Il s’agit d’un travail de précision extraordinaire puisque ce vibraphoniste joue avec quatre baguettes. Deux dans chaque main. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai déjà de la difficulté avec mes baguettes de sushis et je me verrais mal essayer ce que Vanasse fait avec une dextérité pratiquement surhumaine.

Bref, sans m’attarder aux pièces en tant que tel puisque je ne saurais me prononcer sur le style et les compositions, je peux simplement affirmer que ce spectacle m’a charmée. J’y ai retrouvé des allusions à plusieurs grands du jazz, dont une chanson hommage au collègue de Vanasse, François Marcaurelle (co-fondateur du OFF), de même qu’une pièce en l’honneur du grand Bill Evans. Vous ne connaissez pas encore Bill Evans? Trop tard pour le voir en spectacle (il est décédé en 1980), mais ses enregistrements vivent toujours bien aujourd’hui. Je pense que c’est le temps d’aller chez votre disquaire préféré.

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux