BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

Musique en vue 2011 : Psycoze Poétik tourne la page, Mara Tremblay émeut, Karkwa s’amuse, Payz Play en DJ et BV3000 met le feu!

Julie Ledoux
14 juillet 2011

Le 13 juillet, quelle soirée ce fût à Cowansville! Oui, Cowansville. Dans la belle grande région des Cantons de l’Est et à une heure de Montréal. C’est comme aller à Bromont, moins les files pour aller dans les glissades d’eau, plus de la musique qui rentre dedans à grands coups de décibels (qu’on entend… Prends des notes Place des Festivals!) et de jeux de lumières (qu’on voit… Tu prends toujours des notes, Place des Festivals?). Et à 20$ la soirée, ça vaut très-pas mal-beaucoup le coup.

Les gars de Bran Van 3000 attentifs au test de son de Karkwa

Le théâtre de rue est toujours bien présent à Musique en Vue


L’ambiance était calme en début de soirée. Allait-il pleuvoir? La réponse était encore incertaine lorsque la scène de la relève s’est activée. Quelques amis et curieux s’étaient déplacés pour voir le spectacle de Psycoze Poétik, groupe rap/rock qui «tirait la plug», hier soir, après un dernier spectacle devant ses fans. Originaire de Cowansville, le moment était d’autant mieux choisi par le leader Marc Danis, pour terminer l’aventure en beauté.

Puis, Mara Tremblay est arrivée seule sur scène. Une scène qui paraissait si grande, pour cette toute petite dame qui venait nous chanter des chansons d’amour (ou de Spaghetti à Papa). Tantôt au piano, à la guitare ou au violon, Mara – j’ai envie de l’appeler par son prénom puisqu’elle nous a si bien fait entrer dans son monde – a emporté la foule qui arrivait par grappes sur le site de Musique en Vue. Elle a séduit les spectateurs un à un, embrassant les ballades country-folk une à une. Et, on le sentait bien, cette Mara en solo n’avait jamais cru pouvoir se mesurer à une grande scène comme celle-là, en solo. Et c’est à la toute fin de sa prestation que j’ai su que Cowansville, c’était spécial : tout les spectateurs se sont levés pour applaudir la grande rousse toute gênée. Qu’ils soient venus pour Mara ou non, à l’unisson ils l’ont félicitée. Un succès.

Et les succès se sont enchaînés puisque Karkwa a suivi. Ce groupe, c’est du solide en show, mais cette fois-ci, c’était impressionnant. On voit toujours François Lafontaine se déchaîner au piano, virtuose qu’il est. Mercredi soir, c’était Louis-Jean Cormier qui volait la vedette. Drôle, énergique, talentueux, la combinaison était là pour créer un spectacle mémorable. Et la foule en redemandait :

L-J : Vous m’entendez pas? Alors, j’vais vous chanter une chanson de Francis Cabrel (Il entonne Je l’aime à mourir… puis part à rire)… Non non non, j’peux pas chanter du Francis Cabrel, j’ai même pas d’moustache. Mais c’est vrai que Francis Cabrel n’a plus de moustache. Il n’a d’ailleurs plus de mojo non plus.

Le ton était donné. Karkwa a offert une performance plus rock et lourde qu’à l’habitude, avec plus de distorsion, ce qui m’a particulièrement plu. Pas seulement «aérien» ce groupe! Malgré la blessure à l’index et au pouce droits (il est droitier, en plus, il me semble) du bassiste Martin Lamontagne, ce dernier a tenu le coup pour compléter la performance du groupe. Oui, un suppléant était présent, mais Lamontagne n’en a pas eu besoin. Une belle leçon de ténacité, surtout pour un des groupes qui rayonne le plus à l’international, comme Karkwa. Chapeau bas.

Puis, c’est le – maintenant duo de DJ – Payz Play qui a pris d’assaut les tables sur la scène de la relève. Chaque soir du festival, le duo fait sa demi-heure ou ses trois quarts d’heure de musique en présentant des artistes qui ont participé aux 20 éditions de Musique en Vue (autrefois Festival de Musique de Rue). Ce DJ Set vient très bien compléter l’exposition des 20 ans qui se tient à la Galerie Rouge, à quelques pas du site du festival. On remarque alors que les vingt années de Musique en Vue ont vu grandir et revenir des artistes comme Jean Leloup, Éric Lapointe (7 fois!), Noir Silence (Ah, le bon temps!), les Cowboys Fringants (qui ont attiré la plus grande foule enregistrée au festival, en une soirée : 10 500 personnes, si ma mémoire est bonne), etc.

À la Galerie Rouge : expo des 20 ans de Musique en Vue

De la pizz' ou de la crème à' glace?

Meilleures chips faites maison au monde!

Retour vers la scène.

La lune, les nuages, une p'tite rivière en arrière de la scène et un spectacle enflammé qu'on peut apprécier assis dans l'herbe...

Bran Van 3000 (auquel on doit maintenant ajouter «Soundsystem») venait roder son nouveau spectacle à Cowansville. Il y avait déjà au moins 12 ans que le groupe n’avait pas mis les pieds au festival. Di Salvio tenait à commencer la tournée à cet endroit, selon les organisateurs. Osheaga, ce sera pour fin juillet. Avant, c’est Cowansville. À 10 ou 13 personnes sur scène, BV3000 déplace de l’air. En commençant façon soul et funk, le groupe s’est assuré de nous mettre dans sa petite poche arrière. La superbe Christiane Charbonneau (qu’on a vu entre autres avec Sunny Duval) nous a langoureusement joué du saxophone comme elle sait si bien le faire, puis le groupe s’est activé au chant et au rap. Des succès de Glee à Discosis, en passant par ceux de Rosé ou de leur The Garden, tout était remodelé, refait, repensé. On dansait, scandait, levait les bras, sans jamais perdre une note ou un coup d’oeil de ce qui se passait sur scène. Le BV3000 Soundsystem a bien réussi sa rentrée. Je souhaite à ceux qui seront à Osheaga (BV3000 y sera) d’avoir un aussi bon spectacle qu’hier. Mais j’en doute… Cowansville, c’est spécial.

Le meilleur (et le plus jeune) agent de sécurité au monde!

2 commentaires
  • Bruno
    14 juillet 2011

    Ah, vous ètes bien une québecoise, pas de doute!

    Une belle note de 100% a tout le monde. Avec une gomette en forme de coeur dans votre cahier!

    Question, vous dites : »le groupe s’est assuré de nous mettre dans sa petite poche arrière.  »

    Ne seriez vous pas, justement, très façile a mettre dans une poche arrière?

  • Julie Ledoux
    14 juillet 2011

    Bruno, je crois que si vous n’étiez pas à la soirée, vous ne pouvez juger de la légitimité de mes propos.
    J’ai passé une excellente soirée, les groupes étaient en possession de leurs moyens et le site était à la mesure de leur talent. Je suis bien désolée que vous teniez absolument à voir des côtés négatifs à tout, mais ce n’est pas mon cas.
    Quand un groupe est bon, je ne me gêne pas pour le dire et si vous aviez pris la peine de lire quelques uns de mes billets de blogue, vous sauriez que je ne mets pas «Une belle note de 100% a tout le monde», bien au contraire.
    Et de là à dire que tous les critiques Québécois et Québécoises mettent une « gomette en forme de coeur» dans le cahier de tous les artistes, vous vous plantez royalement, laissez-moi vous le dire.
    Sur ce, j’espère que vous verrez un jour du positif dans la vie musicale du Québec!

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux