BangBang : bangbangblog.com

Baz'Art Virtuel

L’éPOPée 2012 [Jours 1-2] : Mozart’s Sister, Born Ruffians, Fanfare Ciocӑrlia

Julie Ledoux
21 septembre 2012

Jour 1 : Workaholi[que] vs mélodique

Loin de moi l’idée de lever le nez sur la première soirée de Pop Montréal, mais le boulot s’empilait tout simplement trop pour que je puisse aller me gaver de sons mercredi soir. Dommage, car je m’étais concocté un joli petit programme, en compagnie du Boomclap Soundcrew, de Technical Kidman, DAM-FUNK, Dead Obies et Statue Park. On se reprendra pas-un-mercredi-soir.

Jour 2 : Le fun pogne, j’te dis.

Reste que je travaille tous les jours, hein, donc c’est au jour 3 et 4 que je me permettrai d’engloutir du Red Bull sans sucre comme du p’tit jus. Au J-2, il faisait beau comme c’était pas permis, bien que pas mal frais. Pas grave. Direction Parc de la Petite Italie pour quelques spectacles en plein air. Excellent choix de Pop Montréal que de faire jouer des artistes dans un parc un peu à l’extérieur du périmètre Pop habituel (quoique le périmètre s’agrandit d’année en année et dépasse maintenant Jean-Talon, au Nord).

J’y allais donc pour découvrir Mozart’s Sister que je n’avais jamais vu en spectacle mais qui me titillait l’oreille sur Bandcamp depuis quelques temps. Mozart’s Sister, en fait, c’est Caila Thompson-Hannant, parfois accompagnée d’un bassiste dont le nom m’échappe. Elle a de l’énergie à revendre, une électro-pop avec ben du reverb, des textes sensibles et touchant quand on s’y attarde, et c’est une des influences principales de Grimes (c’est pas moi qui le dit, c’est Grimes). Alors, fans de Claire Boucher, gâtez-vous avec Caila Thompson-Hannant et son projet solo, Mozart’s Sister.

En reprise le 22 septembre, à 1h du mat’, à l’Église Pop Little Burgundy.

mozartssister.bandcamp.com

Après maintes hésitations et le beau temps aidant, je suis restée scotchée au parc, pour finalement ne pas regretter mon choix du tout puisque Born Ruffians m’a surprise. Entre Vampire Weekend et Hollerado, le quatuor de Toronto déploie une énergie surprenante sur scène. Le répertoire catchy du groupe semble en faire tripper plus d’un puisque ce fût le seul moment de l’après-midi où tous les piqueniqueux se sont levés pour s’entasser devant la scène à hauteur d’homme du parc. Petit kick.

En reprise le 21 septembre, à minuit et demi, à la Casa Del Popolo.

bornruffians.com

Après une pizza qui avait exagéré sur l’ail, chez Napoletana, c’est au Rialto que mon instinct et mon désir de danser sur des musiques d’Europe de l’Est m’ont menée. Bon choix puisque l’orchestre de cuivres, la Fanfare Ciocӑrlia, embarquait sur scène quelques minutes après mon arrivée, envoyant au visage de la foule leur musique issue des Balkans. Ça dansait en avant de la scène, on se s’rait cru dans un spectacle de Gogol Bordello. Sauf qu’après une dizaine de pièces, on comprend le principe, et bien que le groupe à une douzaine de têtes soit hyper énergique sur scène, la frénésie du début s’épuise. Pas grave, ça valait la peine d’y être pour sauter partout et admirer ces petits monsieurs roumains et moldaves qui livraient une performance tight-tight-tight. Impressionnant est le mot.

www.asphalt-tango.de/fanfare/artist.html

La soirée s’arrêtait là pour moi, sans Femme Accident, sans Hand Cream à l’Esco. Je me suis endormie avec mes jeans.

Mon plan – Jour 3

On recommence ce soir (dans quelques minutes, en fait), avec Hooded Fang au Citizen Vintage (pas eu le temps de me rendre au Parc de la Petite Italie où un beau melting pot des Prairies s’activait), Cadence Weapon et Lil’ B au Club Soda. Désolée Lunice, ‘faut que je remonte à la Sala Rossa pour UN pendant ton show (mais je vais peut-être changer d’idée. T’es content, hein?). Là, je viens d’apprendre que le show de Born Ruffians à la Casa est complet et puisque je voulais aller sauter partout au son de Topanga et Hollerado (j’me tanne pas), on va oublier ça. Kuhrye-oo aura peut-être l’immense plaisir de me voir débarquer au Royal Phoenix avant de me rendre à la Tour Prisme pour CFCF. Et puis, évidemment – tout est possible -, à 2h du mat’ on me retrouvera en train de boire un gin tonic en bounçant comme il se doit avec A Tribe Called Red.

Pas encore de commentaire.

Baz'Art Virtuel

Julie Ledoux

Pourquoi faire, un slogan? J'vends pas d'chars...

Julie Ledoux